Témoignage choc d’un ancien mannequin… C’est en tout cas ce que je lis en passant en revue les avis des journalistes, bloggueurs et autres lecteurs sur Jamais assez maigre.  Je ne suis pas du même avis! Donc je pense que nous pouvons analyser ce conundrum en suivant deux hypothèses. La première solution serait de dire que ma personne soit complètement à côté de la plaque. Il faut dire que passer une après-midi à lire le récit d’une fille qui poussée par les exigences de son métier développe une obsession pour la nourriture ça a réveillé ma propre obsession pour la bouffe. Je ne pensais qu’à ça. Donc pendant que l’auteur narre au fil des pages comment elle ne mange que 3 pommes par jours je me demandais si il était raisonnable de reprendre une troisième part de quiche au déjeuner. #chacunsoncombat.

Jamais assez maigre hashtagbyjvb 2

Non je n’ai rien appris de choquant. Voilà pourquoi je ne suis pas « des autres ». Pas de grandes révélations, ni de découverte de l’envers du décors dans ce bouquin. Les mannequins sont impossiblement maigres grâce à une famine auto infligée. Tout le monde le sait il me semble non? Peut-être qu’on pensait que les choses c’étaient arrangées grâce au flot de photos Instagram et autres qui montrent ces tops models avec zéro cellulite s’enfiler un hamburger que même toi tu n’arriverais pas à finir. #HypocrisiePuante

Nous étions en pleine conversation quand une assistante a averti à la cantonade que la télé arrivait. J’ai vu toute les mannequin se diriger vers le buffet- pour faire honneur aux petits fours et aux muffins particulièrement appétissants. Dès que les équipes de télé ont tourné les talons, les filles se sont précipitées aux toilettes, de toute évidence pour se faire vomir. Tout le monde le sait, personne n’en parle, et la vie reprend son cours, comme si tout ça était normal…

Jamais assez maigre hashtagbyjvb 3

Bien sûr, cet ouvrage ne nous apprend pas grand chose sur la dictature de la minceur qui sévit dans le milieu de la mode. Rien de nouveau sous le soleil #ExpressionDeBeauf ! Il nous permet d’en voir l’intérieur, pas aussi scintillant que l’image qu’elle renvoie. Les mannequin, souvent très jeunes sont traités comme des vaches sur un marché aux bestiaux, « comme même la SPA ne laisserai pas un chien être traité ».Les personnes qui ont eu de la considération pour Victoire Maçon Dauxerre se comptent sur les doigts d’une main et vous les retrouverez tous dans les remerciements de la fin du livre… Victoire Maçon Dauxerre, silhouette tout en os de la couverture, ex-mannequin, et donc à présent auteure, nous conte les recoins rancis l’atmosphère putride et les personnages malsains de ce milieu qui fait rêver. L’anorexie est une de ces choses moches qui va de paire avec ce métier.

J’avoue que j’ai profondément du mal avec les discours destiné à apitoyer sur son propre sort. Les discours qui veulent faire pleurer dans les chaumières et encore moins quand c’est fait en pointant du doigt untel ou unetelle comme seul responsable de son malheur.  Procédé facile et d’une grande démagogie selon moi que j’étais soulagée de ne pas retrouver dans le récit de Victoire. Jamais assez maigre est bien plus qu’un livre militant. Elle n’accuse personne, ne se pose pas en victime et fait preuve d’une objectivité que j’admire. L’histoire est vraiment très bien écrite ce qui prouve que Victoire n’était pas juste un joli cintre comme l’industrie de la mode a essayé de le lui faire croire.

Un contenu addictif et pas seulement sur un combat contre l’anorexie.

Jamais assez maigre hashtagbyjvb 4